Geisha, Arthur Golden

https://i2.wp.com/i26.servimg.com/u/f26/15/06/59/99/geisha10.jpg?resize=194%2C299     Geisha
Arthur Golden
    JC Lattès 2006
    523 pages

Résumé : Yoroido : un modeste village de pêcheurs dans le Japon des années trente. La petite Chiyo-chan y coule une enfance pauvre mais heureuse entre ses parents et sa grande soeur, Satsu. Mais un cancer ronge en silence les os de sa mère, sur le point de mourir. Le père est si vieux et déjà si perdu qu’il accepte la proposition de M. Tanaka. Les deux jeunes filles partent bientôt pour Kyoto, parmi d’autres enfants vendus. Chiyo-chan est si belle avec ses yeux d’eau « comme si quelqu’un y avait percé un trou et que l’encre avait coulé » qu’on l’emmène dans une école de geishas. Elle deviendra Sayuri, l’une des geishas ou courtisanes les plus appréciées de la ville, excellant dans l’art du chant, de la danse et de l’amour, maîtrisant parfaitement la science de la toilette et du thé.

Ma note : 9/10

Mon avis : J’ai mis ce livre dans ma wish list après mon coup de cœur pour Fleur de neige et c’est ma correspondante mimili qui me l’a offert par la suite.
C’est donc l’histoire de deux petites paysannes japonaises qui se retrouvent emmenées à Kyoto où l’une deviendra geisha, Chiyo. Je vous laisse découvrir ce que devient l’autre même si on le devine assez facilement. Chiyo s’installe dans une maison où elle apprendra à devenir une geisha. Le livre est présenté comme les mémoires de Chiyo qui serait devenue l’une des plus grandes geishas du Japon.

Ce roman m’a énormément plu. J’en avais déjà entendu parler, que ce soit du film ou du livre, et je m’étais toujours dit que cela devait être une lecture sympathique, sans franchir le pas. Je suis maintenant vraiment ravie d’avoir découvert ce livre et l’univers des geishas. Ce dernier est complètement différent de ce que j’imaginais. Ce livre nous montre une tout autre facette du monde des geishas, très loin de ce que l’on peut entendre ou croire habituellement. Il nous apprend d’ailleurs beaucoup de choses sur la culture et les traditions japonaises et rien que pour ça, ce livre est une mine d’or.
Je me suis aussi beaucoup attachée aux personnages. Déjà, celui de Chiyo qui est réellement attachante. Mais aussi celui de la « tante » qui vit dans la même maison que Chiyo et me semble la plus juste de ces femmes tenant cet okiya (maison où vit une geisha). Elle m’a un peu déçue par moment mais je sentais qu’on pouvait quand même lui faire confiance. Le personnage du « président » m’a également semblé assez sympathique.
Dans ce roman, nous suivons donc l’apprentissage de Chiyo pour devenir une geisha, ses débuts puis sa vie de geisha, mais aussi son amour pour un homme qui ne semble pas l’avoir remarquée mais pour lequel elle veut devenir une vraie geisha. La vie d’une geisha étant assez répétitive et cloisonnée dans un monde restreint, on ne peut pas dire qu’il y ait énormément d’actions dans ce livre. Par contre, ce manque est largement contrebalancé par les moments d’attente et d’incertitude qui abondent durant la lecture. C’est Chiyo qui raconte l’histoire et elle découvre le monde des geisha en même temps que nous. Elle n’a donc pas toutes les réponses tout de suite et beaucoup se révèlent au fur et à mesure de la lecture. Au final même s’il ne se passe pas grand chose, le livre reste haletant du début à la fin.
Je vous le conseille donc car malgré son épaisseur, le style d’écriture est très simple et il vaut vraiment le coup.

Bonnes lectures !

(Première publication 27/01/2012)

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *