Kafka sur le rivage, Haruki Murakami

Kafka sur le rivage
Haruki Murakami
Belfond 2006
619 pages

4ème de couverture : Magique, hypnotique, Kafka sur le rivage est un roman d’initiation où se déploient, avec une grâce infinie et une imagination stupéfiante, toute la profondeur et la richesse de Haruki Murakami. Une œuvre majeure, qui s’inscrit parmi les plus grands romans d’apprentissage de la littérature universelle. Kafka Tamura, quinze ans, fuit sa maison de Tokyo pour échapper à la terrible prophétie que son père a prononcée contre lui. Nakata, vieil homme simple d’esprit, décide lui aussi de prendre la route, obéissant à un appel impérieux, attiré par une force qui le dépasse. Lancés dans une vaste odyssée, nos deux héros vont croiser en chemin des hommes et des chats, une mère maquerelle fantomatique et une prostituée férue de Hegel, des soldats perdus et un inquiétant colonel, des poissons tombant du ciel, et bien d’autres choses encore… Avant de voir leur destin converger inexorablement, et de découvrir leur propre vérité.

Ma note : 3/5

Mon avis : Ce roman nous propose de suivre un adolescent de 15 ans qui se fait appeler Kafka, en fugue après une prédiction néfaste de son père, et un vieil homme qui est tombé dans le coma quelques semaines quand il était enfant et qui s’en est réveillé idiot et illettré. Chaque chapitre passe successivement de l’histoire d’un de ces deux personnages à l’autre. Il faut beaucoup avancer dans la lecture avant de commencer à deviner un lien entre les deux personnages, ce qui est assez déroutant.
Chaque chapitre semble donc raconter une histoire complètement indépendante. D’ailleurs, les chapitres concernant Kafka sont racontés à la première personne du singulier alors que ceux du vieil homme utilisent la 3e personne.
L’ambiance de ce livre est assez particulière. Je l’ai trouvée surtout poétique et fantastique mais, par moment, apparaît une grande noirceur et même de la violence assez crue. D’ailleurs, il y a aussi quelques scènes sexuelles, dont certaines qui peuvent être choquantes pour les plus jeunes lecteurs, même si elles ne sont jamais très longues ni très détaillées. Heureusement, ce n’est pas cela qui peut résumer le livre. D’ailleurs, je ne saurais trop comment le résumer. Je dois avouer, je crois que je suis complètement passée à côté. Ce livre ne m’a pas vraiment touchée ni fait réfléchir. Je l’ai lu du début à la fin sans vraiment savoir où l’auteur voulait me mener, fin que je n’ai d’ailleurs pas comprise. Enfin, j’ai compris le minimum, le 1er degré, mais je pense qu’il y avait des pistes de réflexion offertes et je ne les ai pas captées. Je n’ai pas trouvé que la fin expliquait vraiment toutes les questions des protagonistes et du lecteur. Soit je suis trop idiote, soit le thème ne me touche pas, soit ce n’est pas la bonne période de ma vie pour le lire et cela me rend hermétique. Je ne sais pas mais ce qui est sûr, c’est que je ne pense pas l’avoir compris. Je me suis même un peu ennuyée par moment.
Malgré tout, ma lecture fut quand même agréable. J’ai aimé me laisser porter parmi ces personnages et ces situations oniriques, que ce soit en rêve ou cauchemar d’ailleurs. J’ai été touchée par le personnage de Hoshino duquel émane une grande bonté et qui passe son temps à cacher sa bêtise avec des proverbes et des phrases toutes faites. Kafka, lui, m’a plutôt laissée de marbre. Sa logique ne me paraissait pas très claire et je le trouvais même parfois un peu malsain. Dans tous les cas, ce livre regorge de personnages, du plus banal au plus particulier, du plus sensuel au plus violent, du plus intelligent au plus idiot. C’est aussi ça qui fait l’intérêt du livre, toute cette galerie de personnalités plus singulières les unes que les autres et qui ne laissent jamais indifférent.
Je le relirai sans doute dans quelques années car je n’aime pas rester sur un échec et j’ai vraiment l’impression d’être passée à côté de ce livre. C’est pourquoi je mets quand même une note relativement bonne à ce livre car je pense qu’il est de qualité.

Je suis ouverte à vos propres avis sur ce livre dans les commentaires s’ils peuvent m’aider à y voir plus clair et si vous n’avez pas aimé ou rien compris, comme moi, n’hésitez pas, je me sentirai ainsi moins seule.

Bonnes lectures !

(Première publication 14/03/2012)

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *