Marche ou crève, Stephen King

Marche ou crève

Stephen King
J’ai lu 1989
346 pages

Quatrième de couverture : Mieux que le marathon… la Longue Marche. Cent concurrents au départ, un seul à l’arrivée. Pour les autres, une balle dans la tête. Marche ou crève. Telle est la morale de cette compétition… sur laquelle une Amérique obscène et fière de ses combattants mise chaque année deux milliards de dollars. Sur la route, le pire, ce n’est pas la fatigue, la soif, ou même le bruit des half-tracks et l’aboiement des fusils. Le pire c’est cette créature sans tête, sans corps et sans esprit qu’il faut affronter : la foule, qui harangue les concurrents dans un délire paroxystique de plus en plus violent.
Et tandis qu’il marche, les muscles noués, Garraty entend la foule psalmodier son nom… Début d’une abominable réaction en chaîne dont il doit se sortir à tout prix… Pour quelle victoire ?

Ma note : 10/10

Mon avis : J’ai eu envie de lire ce livre quand j’ai terminé le premier tome de Hunger Games. Je pense que c’est mon père qui a fait le lien entre les deux quand je lui ai raconté ma lecture et m’a proposé de me prêter son livre.
Comme dans Hunger Games, effectivement, il s’agit là d’une compétition qui se joue entre plusieurs candidats et où, si on ne gagne pas, on meurt. Par contre, la comparaison s’arrête là car ici, ce ne sont pas les autres candidats qui vous tuent (en tout cas pas directement) mais les soldats qui longent la route en scandant des avertissements à ceux qui ralentissent trop et qui finissent par leur tirer dessus s’ils ne se reprennent pas. L’autre différence est que les candidats se sont portés volontaires pour participer à cette compétition.
Il s’agit, pour tous, de jeunes hommes de moins de 18 ans, et nous allons les suivre tout au long de cette longue marche jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un. Le personnage principal de ce roman est Garraty et c’est à travers ses pensées que nous vivons cette aventure.
Cela va peut-être vous surprendre mais il y a finalement très peu d’action dans ce livre. L’auteur nous fait part des discussions des concurrents tout au long de leur marche, leurs amitiés naissantes ou les haines qui se créent, leur raison d’être là, quelques anecdotes de leur passé, etc. Régulièrement, un candidat tombe mais finalement, au fur et à mesure du livre, ce n’est plus ça qui est vraiment notable.
Personnellement, ce livre m’a fait peur car on vit complètement la déchéance et l’inhumanité de la transformation de ces jeunes hommes, tout au long de la marche. Et surtout, je suis persuadée qu’un tel concept fonctionnerait si on le proposait réellement. Je suis sûre que des gens s’inscriraient et d’autres iraient les regarder mourir ou souffrir.
D’ailleurs, cette foule de spectateurs est un élément important de ce livre. Il y est très régulièrement fait mention et elle devient de plus en plus envahissante au fur et à mesure de cette marche. Mais, comme si j’étais moi-même l’un des concurrent, je lisais ces passages assez vite, sans m’y arrêter, comme si je ne voulais pas vraiment voir tous ces gens.
Je n’ai pas tout à fait compris la fin et je pense aller voir d’autres avis sur internet afin de voir comment d’autres l’ont interprété. Étrangement, cela ne me dérange même pas d’être un peu passée à côté de ces dernières lignes car le but de ce livre n’est clairement pas là, c’est tout le déroulement de cette marche qui compte, c’est l’évolution des personnages et même l’évolution de nos propres sentiments pour ces personnages.
La seule chose qui m’a un peu gênée est la distance parcourue et le temps de marche des personnages. Après, je n’ai pas été vérifiée quels sont les records actuels à ce niveau mais j’avais l’impression que ces distances à pied étaient irréalisables en une fois et qu’il était surtout impossible de marcher si longtemps. Cependant, cela n’a pas non plus gêné ma lecture outre mesure, et puis qui sait de quoi on est capable pour survivre.
En conclusion, c’est un roman vraiment à part, qui ne peut pas laisser indifférent et qui nous change obligatoirement un peu si on réussit à rentrer dedans. Je ne le conseillerai pas non plus à tout le monde car on peut trouver que cela manque d’action puisqu’il n’est constitué pratiquement que de dialogues et que les personnages ne font que marcher. Mais si cela ne vous rebute pas, allez y, je suis sûre que cette lecture vous marquera autant que moi.

Si vous avez lu ce livre, je suis vraiment curieuse d’avoir votre propre avis.

Bonnes lectures !

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    8 Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *