La Couleur des sentiments, Kathryn Stockett

La Couleur des sentiments
Kathryn Stockett
Genre : contemporain, drame
608 pages
Éditions Babel 2012

Quatrième de couverture : Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s’exiler dans un autre État, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l’ont congédiée.
Mais Skeeter, la fille des Phelan, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l’a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même laisser un mot.
Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié; moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.

Ma note : 19/20

Mon avis : Dans ce roman, presque tous les personnages sont féminins et les trois protagonistes ne font pas exception. Ce sont deux bonnes noires et une jeune femme blanche tout juste diplômée. Celle-ci ne comprenant pas pourquoi la bonne de ses parents n’étaient plus là à son retour de l’université, elle va se renseigner auprès d’autres bonnes et va commencer à ouvrir les yeux sur la ségrégation qui sévit dans son entourage. Elle demandera alors à Aibileen, la bonne d’une de ses amies, de l’aider sur un projet secret et Minny, une amie d’Aibileen, les rejoindra rapidement. Ensemble, elles essaieront de faire entendre leurs voix.
Chacune de ses trois femmes a ses propres chapitres où on suit l’histoire de son point de vue, ce qui donne beaucoup de reliefs à cette histoire. On voit les choses tour à tour d’un côté de la barrière puis de l’autre.
J’ai trouvé ce roman très riche car peuplé de détails sur la vie des femmes blanches de la haute société et de leurs bonnes noires à cette époque et à cet endroit, c’est-à-dire le Mississippi des années 60. On plonge vraiment dans cet univers, ce qui aide d’autant plus à comprendre les motivations et décisions de nos héroïnes. On s’attache à ses femmes et les émotions ressenties durant la lecture en sont d’autant plus intenses. C’est un magnifique roman, je ne saurais dire d’amitié car ce n’est pas exactement ça mais plutôt de tolérance et d’humanité.

Conclusion : Un vrai coup de cœur pour ce roman qui ne peut pas laisser indifférent.

Idée n°130 : Quelqu’un en train de faire quelque chose
    Rendez-vous sur Hellocoton !
    6 Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *