Vivants (Warm bodies) de Isaac Marion

Source : Livraddict

Vivants (Warm bodies)
Isaac Marion
Genres : Fantastique, romance
Le Livre de poche 2013
336 pages

Quatrième de couverture : R est un zombie. Il n’a pas de nom, pas de souvenirs, pas de pouls. Mais il rêve. Dans les ruines d’une ville dévastée, R rencontre Julie. Elle est vivante, palpitante. C’est un jaillissement de couleurs dans un camaïeu de gris. Et sans vraiment savoir pourquoi, R choisit de ne pas la tuer. C’est le début d’une étrange relation, à la fois tendre et dangereuse. Ce n’était jamais arrivé. R bafoue les règles des Vivants et des Morts. Il veut respirer de nouveau, il veut vivre, et Julie va l’aider. Mais leur monde ne se laissera pas transformer sans combattre.

Ma note : 15/20


Mon avis : R. est un zombie et vit avec ses congénères dans un aéroport désaffecté. Lors d’une chasse en ville afin de se nourrir, il fait la « rencontre » de Julie et la ramène avec lui parmi les zombies. Une fois passé le dégoût et la terreur de la jeune femme, une relation va commencer à naître entre ses deux êtres qui devront faire face à la désapprobation de leurs « camps » respectifs.
Sachant que je n’apprécie pas particulièrement les romans avec des morts-vivants et que je ne suis pas fan des romances en général, c’est davantage l’originalité de cette histoire d’amour qui m’a donnée envie de lire ce livre. Contrairement aux vampires, les zombies sont quand même loin de toute image de sensualité et je me demandais comment une humaine pouvait tomber amoureuse d’un être en état de décomposition plus ou moins avancé. Je ne savais donc vraiment pas à quoi m’attendre en commençant ma lecture.
Le narrateur de ce roman est R. Il laisse parfois la parole à Perry mais c’est principalement à travers son point de vue que nous vivons cette histoire. Pour moi qui ne m’intéresse pas du tout aux zombies, cette narration était très appréciable car cela m’a permis d’en apprendre davantage sur eux, de découvrir ces créatures de « l’intérieur » et de mieux comprendre le personnage en lui-même. Par contre, cela m’a beaucoup manqué de ne jamais savoir ce que pensait Julie qui, par comparaison, m’a parue très fade et très lisse à côté de R.

Au tout début de ma lecture, j’ai eu besoin d’un petit temps d’adaptation concernant l’univers du livre. La narrateur étant R., on est de suite mis face au fétide, à l’écœurant… Heureusement, l’auteur ne rentre pas trop dans les détails et les descriptions sont plutôt succinctes, j’ai donc pu assez facilement m’habituer à l’atmosphère particulier de ce livre et m’intéresser davantage à l’histoire.
Contre toute attente, ce livre n’est pas bourré d’actions. Au contraire, j’ai même ressenti de la poésie par moment et les pensées de R. sont souvent philosophiques. Par ce côté-là, j’en aurais oublié qu’il s’agissait d’un livre jeunesse car c’est souvent ce que je leur reproche, le manque de profondeur au profit de l’aventure. Cependant, j’avais parfois du mal à suivre les pensées de R., je ne comprenais pas toujours de qui émanait la voix qu’il entendait dans sa tête et je m’ennuyais un peu par moment.
Malgré ça, je me suis prise au jeu de cette histoire d’amour originale. R. est un personnage très touchant avec son envie de redevenir vivant. Dans cette histoire, ce ne sont pas les zombies les méchants mais l’épidémie qui s’abat sur le monde. La fin est assez rapide et ne finalise pas grand-chose mais elle est celle que j’attendais.

Conclusion : Une histoire originale, autant par le fond que par la forme, qui fait voir les zombies autrement.

Challenge des 170 idées

Idée n° 137 : quelque chose en vie. (humain, animaux, mort vivant, créature fantastique etc)

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    2 Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *