Pour vous servir

Pour vous servir
Véronique Mougin
Genre : Contemporain
Editions Flammarion 2015
363 pages

Quatrième de couverture : C’est auprès d’un couple d’Écossais amateurs d’art snobs en diable, dans une immense demeure du Luberon, que Françoise et son mari débutent « dans le milieu ». Le milieu : les très-riches ; le métier : gouvernante. Au gré des années, c’est autant de maisons et de personnalités qu’elle rencontre. Et c’est avec autant de malice que de discernement que Françoise va nous raconter comment elle a servi tout ce que l’Hexagone compte de riches et de puissants : aristocrates raffinés, rentière hystérique, prince arabe polygame, héritière intégriste, industriel survolté, sénateur épicurien… Ce faisant, elle nous livre les mésaventures réjouissantes et les psychodrames variés qui rythment le quotidien des grandes maisons, au salon et à l’office. Un roman sur les maîtres du monde et ceux qui les servent, aussi savoureux qu’instructif.

Ma note : 14/20

Mon avis : En ouvrant ce livre, je m’étais imaginée suivre une gouvernante dans son travail chez les riches et en apprendre plus sur le métier de gouvernante dont on entend souvent parler mais plus souvent par des gens extérieurs que par les principaux intéressés. Néanmoins, cela ne fut pas vraiment le cas. Françoise devient effectivement gouvernante au tout début du livre et commence à travailler pour des employeurs particulièrement riches mais elle nous parle plus de ses patrons et de leur mode de vie, que de son travail réellement.

Il ne se passe vraiment pas grand-chose dans ce livre. Françoise nous raconte les défauts et qualités de ses employeurs, leur façon de vivre, quelques anecdotes sur eux, etc. mais concrètement, il n’y a pas vraiment d’action. Nous suivons le fil de sa carrière, c’est tout. Elle passe de maison en maison parce qu’elle se lasse, qu’elle est harcelée ou qu’elle est tout simplement priée de partir et, à chaque fois, c’est l’occasion d’un nouveau portrait.
Malgré cette déception de départ, j’ai quand même réussi à apprécier ma lecture car ses patrons sont tous très différents les uns les autres donc on ne se lasse pas. Nous rencontrons notamment un couple de riches écossais très cultivés, une maîtresse entretenue, un prince oriental, une vieille mégère, etc. L’écriture est également légère et se lit très facilement. Et j’ai personnellement apprécié de découvrir la vie de ces « ultra riches », que nous connaissons finalement assez peu et qui fait quand même rêver par certains côtés, à travers les souvenirs de cette gouvernante somme toute assez sympathique. Elle n’hésite d’ailleurs pas à user d’ironie et de cynisme pour dépeindre ses employeurs, ce qui rend cette lecture plutôt divertissante.

Conclusion : Malgré une petite déception de départ, ce fut une lecture distrayante et légère. A lire si vous avez envie de découvrir l’envers du décor des « ultra riches ».

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *