Une Aventure d’Alexia Tarabotti T1 Sans âme, Gail Carriger

 

Une Aventure d’Alexia Tarabotti T1 Sans âme
Gail Carriger
Genre : bit lit
Editions Le Livre de poche 2012
425 pages

Quatrième de couverture : Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire et fille d’un père italien, mort. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, défiant la plus élémentaire des politesses, ne lui avait pas été présenté. Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, Écossais et loup-garou à ses heures – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Découvrira-t-elle ce qui se trame réellement dans la bonne société londonienne ? Qui sont vraiment ses ennemis, et aiment-ils la tarte à la mélasse ?

Ma note : 17/20

Mon avis : Après la très grande déception que j’avais eu à la lecture du premier tome du Pensionnat de Melle Géraldine du même auteur, j’avais un peu peur de ne pas accrocher de nouveau à son style en commençant ce roman. J’avais laissé ce livre dans ma wish list car je n’avais pas fait attention qu’ils étaient du même auteur, sinon, je n’aurais même jamais tenté de le lire. Et finalement, cela aurait été très dommage car, passées les premières pages où j’ai malheureusement retrouvé le trop plein d’humour, presque parodique, de cet auteur, son écriture devient beaucoup plus subtile. Cette fois, j’ai réussi à apprécier les notes de sarcasme et d’ironie et le ton décalé de l’auteur, car cela ne tourne pas au ridicule, comme dans ma lecture précédente.
L’histoire se déroule dans un Londres à la fois fantastique et steampunk où les vampires et les loups garous vivent librement, au grand jour. Petit bémol sur le fait que l’auteur n’approfondit peut-être pas assez l’univers qu’elle crée, elle ne donne pas suffisamment d’explications à mon goût sur la façon de vivre de ces personnages, comment ces créatures en sont venues à vivre parmi les humains, etc. J’espère donc que nous en saurons plus dans les tomes suivants.
Malgré tout, j’ai vraiment apprécié cette histoire originale où le personnage principal illustre parfaitement la notion de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Certains événements peuvent paraître incongrus mais ils se fondent dans l’univers assez décalé de ce roman. Et même si l’univers n’est pas approfondi, l’auteur rend très bien l’ambiance du vieux Londres, ne serait-ce que par les personnages et leur façon de se comporter.
Au vu de sa conclusion, on peut considérer ce tome comme un prélude aux futures aventures d’Alexia Tarabotti mais il peut également se suffire à lui-même puisque le mystère présenté au début de l’histoire est bien révélé à la fin. Et même si l’intrigue en elle-même n’est sans doute pas la plus passionnante que j’ai lue, j’ai personnellement passé un très bon moment en compagnie d’Alexia qui est une héroïne attachante à la langue bien pendue, Lord Maccon et Lord Akeldama. Je pense donc réitérer l’expérience avec le tome 2.

Conclusion : Une très belle surprise pour ce roman à l’univers décalé.

Challenge des 170 idées : 110. Une horloge
Challenge pause-café : 25)  Un roman qui t’inspire un avis négatif avant sa lecture
    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *