Lus dans le train (octobre 2016)

Voici un nouveau « Lus dans le train », rendez-vous que j’ai découvert sur le blog des Lectures de Mina et repris par Kloliane. Il s’agit de vous présenter les lectures d’autres voyageurs, que j’ai pu apercevoir durant mes voyages quotidiens dans les transports en commun. J’ai presque 3 heures par jour de transport et, quand j’y parviens, j’aime bien jeter un œil à ce que les autres lisent, au cas où cela me donnerait des idées. Voici donc les livres que j’ai réussi à identifier sur mon trajet ce mois-ci.

 

Les Anges meurent de nos blessures
Yasmina Khadra
456 pages (Pocket)
Il se faisait appeler Turambo, du nom du village misérable où il était né, dans l’Algérie des années 1920. Il avait pour lui sa candeur désarmante et un direct du gauche foudroyant. Il fréquenta le monde des Occidentaux, connut la gloire, l’argent et la fièvre des rings, pourtant aucun trophée ne faisait frémir son âme mieux que le regard d’une femme. De Nora à Louise, d’Aïda à Irène, il cherchait un sens à sa vie.
Mais dans un monde où la cupidité et le prestige règnent en maitres absolus, l’amour se met parfois en grand danger.
A travers une splendide évocation de l’Algérie de l’entre-deux-guerres, Yasmina Khadra met en scène, plus qu’une éducation sentimentale, le parcours obstiné – de l’ascension à la chute – d’un jeune prodige adulé par les foules, fidèle à ses principes, et qui ne souhaitait rien de plus, au fond, que maitriser son destin.
Ce roman est très éloigné de ce que je lis habituellement mais il m’intrigue.

Stupeur et tremblements
Amélie Nothomb
187 pages (Le Livre de poche)
Au début des années 90, la narratrice est embauchée par Yumimoto, une puissante firme japonaise. Elle va découvrir à ses dépens l’implacable rigueur de l’autorité d’entreprise, en même temps que les codes de conduite, incompréhensibles au profane, qui gouvernent la vie, sociale au pays du Soleil levant. D’erreurs en maladresses et en échecs, commence alors pour elle, comme dans un mauvais rêve, la descente inexorable dans les degrés de la hiérarchie, jusqu’au rang de surveillante des toilettes, celui de l’humiliation dernière.

Les livres d’Amélie Nothomb ne m’ont jamais attiré et celui-ci ne me dit rien du tout. Cependant, au vu de son succès, j’ai peur de passer à côté de quelque chose. Si vous appréciez cette auteur, par quel livre me conseilleriez-vous de la découvrir ?

———————————–

Il y a peu de livres ce mois-ci car mes enfants (et moi-même) ont été souvent malades donc je suis  restée à la maison plus souvent que d’habitude et j’ai aussi eu de très bonnes lectures qui m’ont retenu de lever le nez voir ce que les autres lisaient.
N’hésitez pas à partager vos propres « Lus dans le train » si jamais vous décidez de publier ce rendez-vous sur votre blog.

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    10 Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *