L’Envol du papillon, Lisa Genova

L’Envol du papillon
Lisa Genova
Editions Presses de la cité 2015
357 pages

Quatrième de couverture : Titulaire d’une chaire de neuropsychologie à Harvard, Alice, à 50 ans, attribue ses amnésies au stress et à la ménopause. Jusqu’au jour où elle se retrouve désorientée. A l’issue de tests médicaux, le diagnostic tombe : elle est atteinte d’une forme précoce de la maladie d’Alzheimer. Elle, ses deux filles et son mari John, vont entamer une descente dans l’enfer de la maladie.

Ma note : 20/20

Mon avis : J’ai commencé ce livre sur un coup de tête pour répondre à une consigne éphémère sur le challenge Coupe des 4 maisons. Et je crois que j’ai rarement lu un livre aussi vite de ma vie. J’ai tout de suite été happée par le « témoignage » d’Alice qui apprend qu’elle est atteinte d’une forme précoce de la maladie d’Alzheimer. Je dis « témoignage » car c’est vraiment ce qu’on a l’impression de lire. Le roman est rédigé à la 3e personne mais vu au travers des yeux d’Alice. Et c’est ainsi qu’au fur et à mesure du livre, on se rend compte que ce qu’elle vit et ce qu’elle comprend est de moins en moins fluide, limpide et qu’elle perd de plus en plus de repères et de facultés. On se perd avec elle, on cherche ce qu’elle cherche et on s’énerve avec elle. On se sent aussi démuni qu’elle car il nous manque les mêmes éléments qu’elle pour réussir à relier les éléments de son quotidien entre eux. Comme le livre commence à l’annonce du diagnostic, on se rend compte que la personne atteinte d’Alzheimer n’est pas si « inconsciente » de sa maladie que ça, en tout cas au début. Alice souffre réellement car il y a les « absences » où elle oublie complètement ce qu’elle fait, mais il y a aussi toutes les petites choses du quotidien qu’elle ne sait plus faire et dont elle se rend parfaitement compte.
C’est un livre qui n’est pas facile à lire, notamment si on a été confronté à cette maladie dans notre entourage, mais c’est vraiment un « beau » livre qui ne nous quitte pas sitôt la dernière page tournée. Je crois que dorénavant je repenserai à Alice chaque fois que j’entendrai parler de cette maladie.

Conclusion : Une lecture bouleversante qui ne s’oublie pas si facilement.

Challenge pause café : 23) Lire un livre adapté au cinéma
Coupe des 4 maisons : Little Hangleton – Lire un livre qui traite de la mort ou de la maladie
(J’ai prévu de vous faire rapidement un article récapitulatif de mes challenges en cours)
    Rendez-vous sur Hellocoton !
    6 Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *