Le Géant

Le Géant
Michel Lebrun
Editions Rivages Noir 1996
Editions French Pulp 2016 
Véritable citadelle plantée au cœur de la banlieue, le Géant est un supermarché modèle. Son directeur, Jean Montescourt, se prend pour un capitaine de paquebot et le chef de la sécurité, Spada, joue facilement les justiciers sadiques. L’ordre règne à bord. Jusqu’au jour où Pierre, une jolie fille au prénom d’homme, part à l’assaut du bâtiment avec son gang de mauvais garçons, où l’équipage entre en mutinerie, où la panique se transforme en naufrage… Et c’est au moment où les rats quitteront le navire que l’on pourra dénombrer les victimes du Géant.
—————————————————–

Je tiens à remercier le site Livraddict, ainsi que Iggybook et Michel Lebrun de m’avoir permis de découvrir ce livre, dans le cadre d’un partenariat.
L’auteur nous y dépeint une série de personnages qui vivent dans une « banlieue dortoir » française des années 70 et qui gravitent autour de cet hypermarché, nouveau venu dans leur décor, soit parce qu’ils y travaillent, soit parce qu’ils y sont clients ou voleurs. Ce magasin semble être la seule entité vivante de cette banlieue, le seul lieu où il se passe quelque chose dans cette ville. Les personnages sont nombreux et on s’y perd parfois un peu mais peu importe, on se sent comme au milieu d’une foule, dans laquelle on reconnaît quelques visages mais qu’on a du mal à replacer. Comme eux, je me suis sentie sous l’emprise de cet hypermarché qui semble devenir de plus en plus vivant et machiavélique au fil des pages. Et peu à peu, on sent la folie grandissante qui s’infiltre dans et autour de ce lieu, jusqu’à l’apothéose finale. Pour moi, ce roman tient plus du sociologique, même s’il a, il faut bien le dire, une ambiance très sombre de polar. Il nous amène à réfléchir sur la nouvelle société de consommation créée par l’arrivée des supermarchés, et notamment le libre-service et la trop grande quantité de marchandises à disposition sans présence de vendeur.
C’est une lecture vraiment particulière et je ne saurais en dire plus car je pense que chacun la ressentira sans doute différemment mais ce roman ne m’a clairement pas laissé indifférente et j’avais même du mal à le lâcher.
A lire donc si vous êtes prêts à sortir des sentiers battus et si vous sentir un peu mal à l’aise durant une lecture ne vous effraie pas. En tout cas, qu’on apprécie ou moins, ce roman est de ceux qui nous laissent une marque, pas tant pour l’histoire que pour l’effet qu’il a eu sur nous et la réflexion qu’il fait germer dans notre esprit.

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    2 Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *