Le Cri

Le Cri
Nicolas Beuglet 
Editions XO 2016
Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l’aube d’une nuit glaciale, le corps d’un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre…
Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l’hôpital semble si peu à l’aise avec l’identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?
Pour Sarah, c’est le début d’une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l’île de l’Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.
Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d’un journaliste d’investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l’une des questions qui hante chacun d’entre nous : la vie après la mort…
Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultrasecrets, pourrait bien affoler plus encore que la question ! 

——————————–
J’ai choisi ce livre pour continuer sur ma lancée de lectures plutôt sombres. J’avais envie d’un thriller qui me ferait légèrement frissonner et je dois dire que j’ai été un peu déçue car malgré sa classification dans ce genre, je n’y ai pas trouvé ce que je recherche dans un thriller.
Je n’ai pas réussi à réellement me figurer ni à apprécier les deux personnages principaux. Ils avaient des traits de caractère qui, pour moi, se contredisaient et j’avais beaucoup de mal à les imaginer. D’autant plus que je ressentais une grande différence entre l’image que je me faisais d’eux et la façon dont ils agissaient par moment, et je dois avouer que la personnalité des personnages est vraiment un point très important pour moi. Quand je lis un roman, j’ai envie de comprendre les héros, réussir à me mettre dans leur peau et me dire que, dans la même situation, j’aurais agi pareil ou, en tout cas, que leurs actions et comportements me semblent compréhensibles et justifiés par leur personnalité et leur vécu. Et là, je n’ai malheureusement pas retrouvé ça que ce soit pour les personnages principaux ou la plupart des autres d’ailleurs.
Pour l’histoire en elle-même, j’ai trouvé que tout allait trop vite. Malgré la longueur tout à fait raisonnable de ce roman, je n’ai ressenti à aucun moment la tension et le suspense que j’attends d’un thriller. L’intrigue en elle-même est intéressante et les révélations au fur et à mesure de ma lecture me donnaient toujours envie d’en savoir plus. Seulement, tout le roman est basé sur la résolution de l’intrigue. L’auteur ne fait pas monter la tension avec un suspense insoutenable puisque la vérité arrive petit à petit, tout le long du récit, et elle tombe même parfois un peu comme un cheveu sur la soupe. Je n’ai pas toujours compris le déclic que pouvaient avoir les personnages dans certaines situations, ce qui leur faisait comprendre la clé du problème. On aurait presque dit que des passages avaient été coupés. Il est impossible d’essayer de deviner soi-même ce qui va les faire arriver à la solution et, même en relisant le livre, je pense que je ne comprendrais toujours pas comment ils en sont arrivés à certaines conclusions.
Pour l’intrigue en elle-même, j’avais très envie de connaître le fin mot de l’histoire, même si je l’ai finalement trouvé un peu trop mystique pour le genre affiché du roman. C’est pour ça que je le classerais personnellement davantage du côté du roman policier à la limite de la science-fiction, plutôt que du thriller. Il m’a un peu fait penser à un livre de Bernard Werber, en beaucoup moins fouillé.

En soi, l’intrigue de ce roman est très intéressante, bien qu’un peu ésotérique, mais j’ai malheureusement trouvé ce dernier trop superficiel dans le sens où les personnages ne sont pas toujours vraiment crédibles et les révélations nous parviennent parfois trop rapidement. Je pense que les amateurs de policier peuvent apprécier ce roman qui n’est clairement pas mauvais mais ceux qui aiment les personnalités complexes et le suspense peuvent passer leur chemin.

 Challenge Au fil des saisons et des pages : Un livre avec de la neige sur la couverture
Coupe des 4 maisons : Filet du Diable – Un livre que vous pensiez aimer mais qui est une déception
Challenge des 170 idées : 60. Une saison (ici, hiver)

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    One Comment

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *