La Reine des abeilles, Gill Hornby

La Reine des abeilles

Gill Hornby

Editions J’ai lu 2015

Bienvenue à l’école primaire de St Ambroise.
L’action se déroule sur une année scolaire. Toutes les mères sont inscrites à un même comité pour lever des fonds qui permettront d’organiser, au cours de l’année, différentes sortes d’évènements : déjeuners entre mères, bourses aux vêtements et bibelots, bal de l’été, dîners-tombolas, jeux concours, etc. Mais ces activités doivent entrer dans le cadre bien défini par Béa l’invincible, la Reine de la ruche, qui mène la danse et se sent investie de droit divin. Il y a aussi Heather, qui désespère de se porter volontaire, d’être remarquée, de faire partie du groupe. Et Georgina, mère de famille heureuse en couple, excellente cuisinière, mais à l’apparence négligée. Et Rachel, illustratrice de livres pour enfants, séparée depuis peu de son mari, observatrice amusée mais parfois tenue à l’écart. Et la riche Deborah (appelez-la « Bubba ») à la chevelure blonde toujours impeccable, qui possède une domestique, un jardinier et un placard rempli de vêtements de designers, et qui brûle d’accéder au trône… Aucune de ces mères n’est en reste pour se faire remarquer par le nouveau proviseur, Tom Orchard, qui attire les femmes comme un pot de miel les abeilles.

————————–

Après ma lecture de Ad majorem dei gloriam, j’avais envie d’un roman plus léger et moins sombre. En jetant un coup d’œil à ma PAL, je me suis rappelée que ce livre y traînait depuis un moment et, avec la fin de l’année scolaire approchant, je me suis dit que c’était le moment idéal pour m’y plonger.

Une nouvelle année scolaire commence à Saint Ambroise, en Angleterre, et Bea retrouve son rôle de présidente du comité des parents d’élèves. Ce comité organise des événements afin de récolter des fonds pour une nouvelle bibliothèque. Nous allons doncle suivre durant une année scolaire au rythme de ces événements qui auront chacun leur lot d’imprévus.

J’ai beaucoup aimé cette lecture qui s’est avérée fraîche et réellement drôle par moment. Ces femmes ont chacune leur personnalité et leur rôle dans le comité et, même si on n’échappe pas aux stéréotypes et clichés du genre, je me suis laissée prendre au jeu. Ce livre se lit très facilement avec un chapitre par événement organisé et on se laisse porter au rythme de cette année scolaire où il est, au final, très peu question d’enfants et d’école. Tout se joue autour d’une question de pouvoir et d’effet de groupe. Il y a celles qui feraient tout pour en faire partie et celles qui aimeraient plutôt en sortir à tout prix. En tout cas, aucune ne m’a laissé indifférente et je crois même que je n’ai jamais été autant agacée par un personnage de roman que par celui de Bea.

En lisant le résumé, j’ai eu un peu peur que cela tourne un peu trop autour du personnage du directeur et que le roman ne raconte qu’une bataille féminine pour s’attirer les faveurs d’un homme. Cela passe finalement vraiment au second plan de l’histoire et rajoute juste un peu de piquant à certains passages.

Ce n’est pas vraiment le genre de groupe de femmes que l’on trouve autour des écoles françaises (en tout cas, je ne suis pas au courant s’il y en a un dans l’école de mon fils). Par contre, cela semble être monnaie courante en Angleterre. L’auteur dénonce la dynamique de ces « clubs » qui sont finalement plus un concours de popularité et de richesse que de charité, malgré ce qu’ils voudraient laisser penser.

C’est une lecture que je trouve idéale pour l’été ou après une lecture plus sombre. J’y ai en tout cas trouvé ce que je cherchais : de l’humour et de la fraîcheur.

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    2 Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *