Nous rêvions juste de liberté, Henri Loevenbruck

Nous rêvions juste de liberté

Henri Loevenbruck

Hugo, dit Bohem, et ses amis Freddy, le Chinois et le Fouine, rencontrés dans un lycée de Providence, prennent la route à moto. Au fil des années, leurs idéaux de fraternité et de liberté perdent de leur force.

——————————

J’ai eu beaucoup de bonnes lectures depuis le début de l’année mais celle-ci, je ne suis vraiment pas près de l’oublier. La quatrième de couverture m’intriguait, sans pluss mais quand j’ai vu la note qu’il avait sur Livraddict (19/20), j’ai décidé de le lire et je ne le regrette absolument pas.

La grande force de ce livre, pour moi, ne se trouve pas forcément dans l’histoire en elle-même mais vraiment dans les personnages et la narration. Le livre commence par la phrase « Nous avions 20 ans et nous rêvions juste de liberté » que l’un des personnages énonce à un juge. Nous ne savons encore rien de lui, ni de ce qui leur est arrivé mais il entreprend de nous raconter toute cette aventure depuis le début. Et au bout de 5 pages, j’étais déjà ferrée et je n’ai plus pu lâcher ce livre.

Les personnages de ce roman sont des jeunes plutôt pauvres, très paumés et toute cette simplicité se ressent dans la narration. Hugo, celui qui raconte l’histoire, dit les choses de façon simple mais tellement profonde. C’est une écriture pleine de sentiments et d’émotions, pleine de violence également, pleine de vie quoi.

Cette histoire est, au final, principalement une histoire d’amitié. Mais pas n’importe quelle amitié, celle d’une amitié masculine, franche, forte, remplie d’admiration, de ressentiment aussi parfois, où ils s’acceptent les uns les autres tels qu’ils sont. Mais on ne tombe jamais dans la mièvrerie, bien au contraire. Je me suis attachée au narrateur tout de suite mais les autres personnages sont tout aussi importants dans ce roman. C’est pour ça que je préfère parler de narrateur plutôt que de personnage principal car ce n’est pas uniquement son histoire à lui que l’on lit, mais on la vit à travers lui.

Je crois qu’il n’aurait finalement pu y avoir aucun événement majeur dans ce livre que j’y aurais pris autant de plaisir. Ce qui n’est évidemment pas le cas et la fin est à la hauteur du livre. Je n’en dirais pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir.

Bref, je crois que je ne peux pas cacher mon coup de cœur pour cette lecture. La seule chose que je regrette est que, maintenant que je l’ai fini, je ne ressentirai plus jamais le plaisir et l’émotion que j’ai eu à le lire la première fois.

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    4 Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *