Juste une ombre, Karine Giébel

Juste une ombre

Karine Giébel

Première parution française chez Fleuve noir en 2012

Tu te croyais forte. Invincible. Installée sur ton piédestal, tu imaginais pouvoir régenter le monde. Tu manipules ? Tu deviendras une proie. Tu domines ? Tu deviendras une esclave. Tu mènes une vie normale, banale, plutôt enviable. Tu as su t’imposer dans ce monde, y trouver ta place. Et puis un jour… Un jour, tu te retournes et tu vois une ombre derrière toi. À partir de ce jour-là, elle te poursuit. Sans relâche. Juste une ombre. Sans visage, sans nom, sans mobile déclaré. On te suit dans la rue, on ouvre ton courrier, on ferme tes fenêtres. On t’observe jusque dans les moments les plus intimes. Les flics te conseillent d’aller consulter un psychiatre. Tes amis s’écartent de toi. Personne ne te comprend, personne ne peut t’aider. Tu es seule. Et l’ombre est toujours là. Dans ta vie, dans ton dos. Ou seulement dans ta tête ? Le temps que tu comprennes, il sera peut-être trop tard… Tu commandes ? Apprends l’obéissance. Tu méprises ? Apprends le respect. Tu veux vivre ? Meurs en silence…

——————————–

Je ne savais plus trop vers quelle lecture aller après mon coup de cœur pour Nous rêvions juste de liberté donc j’ai laissé le bouton « au hasard » choisir pour moi dans ma PAL sur le site de Livraddict. Et il s’est donc arrêté sur ce roman qui avait attendu dans ma wish list puis dans ma PAL un bon moment. Je savais que, quelle que soit la lecture qui viendrait ensuite, elle pâtirait d’être lue juste après un roman qui m’avait autant plu. Et, effectivement, je suis resortie de Juste une ombre avec un sentiment assez mitigé.

Le roman commence très rapidement avec Chloe qui rentre d’une soirée et cherche sa voiture dans une rue mal éclairée. C’est là qu’elle fera sa première rencontre avec « l’ombre » qu’elle a ensuite l’impression de voir partout et qui lui voudrait du mal. On comprend rapidement que quelqu’un semble effectivement en avoir après elle mais personne ne veut le croire et elle ne réussit pas à le prouver. Le lecteur, lui, ne sait pas qui est derrière tout ça et pour quelle raison. Il est donc le simple spectateur de la descente en enfer de Chloe.

La tension monte tout doucement durant le roman. J’ai élaboré plusieurs théories durant ma lecture mais un élément me faisait à chaque fois revoir mon idée et j’ai finalement été plutôt surprise par la fin. J’ai quand même trouvé qu’il y avait quelques longueurs dans la narration et certains événements devenaient un peu répétitifs. Malgré tout, je trouve que l’histoire est plutôt bien menée.

Et pourtant, je n’ai pas été totalement convaincue par cette histoire, à cause de ses personnages que j’ai trouvé très antipathiques.  Je ne me suis attachée à aucun d’entre eux, que ce soit à cette femme trop ambitieuse et sans aucun scrupule ou à ce policier à la limite de la dépression et aux méthodes peu avouables, et je dois dire que ce qui pouvait leur arriver ne me faisait ni chaud ni froid. Cela m’a empêchée de rentrer complètement dans ma lecture et, même si la fin est bien trouvée, elle ne m’a pas touchée. Je pense c’est pour servir l’histoire que l’auteur a choisi de ne pas rendre ses personnages très aimables mais, pour moi, cela n’a pas fonctionné.

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *