Prête à tout, Joyce Maynard

Prête à tout

Joyce Maynard

1ère édition française : Pocket 1995

Suzanne Stone ressemble à ces filles trop parfaites des magazines. Elle a tout pour être heureuse : elle est jeune, belle, mariée à un homme qui la vénère, installée dans une jolie maison. Mais Suzanne n’est pas une poupée. Elle veut davantage, bien davantage… Isolée dans une petite ville de province, elle décide que la télévision sera son royaume : à force de conviction, elle obtient un poste dans la station locale. Bientôt, elle parvient à présenter le bulletin météo, puis, persuadée d’être vouée à un brillant avenir, réalise avec un brin de naïveté et beaucoup d’ardeur son premier reportage. Qu’a donc encore de commun cette créature sculpturale descendue de l’olympe télévisuel avec son entourage, sa famille, son mari… Énigmatique, perverse, désireuse de balayer son passé d’un revers de main, la jeune femme va vite utiliser sa nouvelle aura à des fins meurtrières. Et l’écran de télévision de se teinter couleur rouge sang…


J’ai lu ce livre qui attendait dans ma wish list depuis plusieurs mois sans relire sa quatrième de couverture et je dois dire qu’une critique sous-jacente des médias ne m’a pas vraiment sauté aux yeux. La quatrième de couverture et la postface de l’auteur peuvent laisser penser que le nœud de cette histoire serait la télévision mais ce n’est pas ce que j’ai ressenti. Oui, Suzanne Stone veut devenir une présentatrice télé et ne pense qu’à ça, ne vit que pour ça. Mais c’est elle qui m’a davantage agacée durant ce livre que le milieu de la télévision.

D’ailleurs, je crois que je n’ai jamais été aussi agacée par un personnage de roman que par celui de Suzanne. Et j’aurais également eu envie de secouer certains des personnages secondaires pour qu’ils se réveillent un peu et ouvrent les yeux. Suzanne est un personnage réellement pervers et manipulateur. Toute cette histoire est une question de manipulation et cette femme est particulièrement douée pour cela. Elle parvient même à ce que le lecteur doute de ce qui s’est réellement passé.

En effet, la narration est assez particulière car, à chaque chapitre, c’est un des personnages qui nous raconte ce qui s’est passé, de son propre point de vue. On découvre donc les événements au fur et à mesure, d’autant que les chapitres sont très courts et qu’ils ne livrent pas tous les détails en une fois. J’ai bien apprécié ce système narratif très original. Je me suis un peu sentie comme une inspectrice de police qui prendrait les dépositions de chacun d’entre eux. Parfois même, les récits se contredisent et c’est au lecteur de dénouer tout ça. On ne se sent donc pas passif durant cette lecture.

Le point négatif de cette narration est que les événements étant parfois racontés plusieurs fois, l’histoire n’avance pas très vite et certains passages m’ont un peu lassée. D’ailleurs, au final, il ne se passe pas tant de choses que ça dans ce roman et les événements ne sont pas vraiment originaux, surtout si on a l’habitude de lire des thrillers. L’auteur semble avoir vraiment axé son histoire sur la question de la manipulation et la façon dont tout cela a pu se produire.

En conclusion, je peux dire que j’ai apprécié cette lecture pour son originalité narrative, même si l’histoire en elle-même ne l’est pas vraiment.

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *