Le Théorème du homard, Graeme Simsion

Le Théorème du homard ou comment trouver la femme idéale

Graeme Simsion

Editions US : Harper Collins 2013

1ère édition française : France Loisirs 2014

Peut-on trouver une épouse sur mesure ?
Le professeur de génétique Don Tillman, génie des sciences mais absolument inapte à vivre en société, en est persuadé. Pour mener à bien son « Projet Épouse », Don met au point un questionnaire extrêmement détaillé lui permettant d’éliminer toutes les candidates qui ne répondraient pas à ses exigences.
Et celles-ci sont nombreuses car pour Don, la femme idéale NE DOIT PAS :
1. Fumer et boire.
2. Être végétarienne et aimer la glace à l’abricot.
3. Se lever après 6 heures.
Mais elle DOIT :
1. Faire du sport.
2. Être ponctuelle.
3. Accepter le Système de Repas Normalisé qui prévoit du homard au dîner le mardi.


Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en commençant ce roman. La quatrième de couverture est assez intrigante car on ne sait pas vraiment si le ton est au premier ou second degré. Je me suis finalement rapidement rendu compte que c’était du premier degré.

Le narrateur, qui cherche donc son épouse idéale, a une façon de voir la vie et d’aborder les événements de façon très factuelle, sans y mêler aucune émotion ni sentiment, a priori. J’ai trouvé cela plutôt amusant au début puis au fur et à mesure du roman, il en devient touchant. L’histoire ne nous révèle jamais si le personnage a une maladie clairement identifiée, comme le syndrome d’Asperger, mais sa façon de vivre n’est pas non plus un choix qu’il fait. Il est tout simplement incapable de vivre autrement.

C’est compliqué de vous donner mon avis sur ce roman sans vous en dire trop mais j’ai beaucoup aimé cette histoire qui nous amène à réfléchir sur ce qui fait de nous des êtres humains et des êtres socialement adaptés. Dans notre société, on nous demande souvent de cacher nos émotions mais le personnage de Don montre les limites de cette « perfection »  et ses effets néfastes. Est-ce qu’une vie parfaitement rangée est plus bénéfique qu’une façon de vivre davantage spontanée ? Vous vous doutez sûrement de la réponse.

En tout cas, sans que ce soit un roman incontournable, j’ai beaucoup apprécié ma lecture. Malgré le thème plutôt sérieux, les réflexions de Don sont quand même plutôt drôles et je suis souvent passée d’un petit sourire amusé à un sourire attendri. Même s’il n’est jamais dit qu’il est atteint du syndrome d’Asperger, j’ai pris la liberté de le supposer et j’ai ainsi pu essayer de mieux comprendre ce que vivaient les personnes qui en sont atteintes.

Une très jolie lecture que je suis contente d’avoir enfin sortie de ma PAL.

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    8 Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *