Lizzie Martin T1 Un intérêt particulier pour les morts, Ann Granger

Lizzie Martin T1 Un intérêt particulier pour les morts

Ann Granger

1ère édition fr : 2013 Editions 10/18

Nous sommes en 1864 et Lizzie Martin accepte un poste de dame de compagnie à Londres auprès d’une riche veuve qui est aussi une propriétaire de taudis. Lizzie est intriguée d’apprendre que la précédente dame de compagnie a disparu, apparemment après s’être enfuie avec un inconnu. Mais quand le corps de la jeune fille est retrouvée dans les décombres de l’un des bidonvilles démolis récemment autour de la nouvelle gare de St Pancras, Lizzie commence à se demander ce qui s’est passé. Elle renoue avec un ami d’enfance, devenu l’inspecteur Benjamin Ross, et commence à enquêter avec son aide, au péril de sa vie, pour découvrir la vérité sur la mort de la jeune fille dont le sort semble étroitement lié au sien.

——————————–

Dès les premières pages de ce livre, je me suis sentie transportée en plein cœur du Londres du XIXe siècle, de son atmosphère enfumée et parfois nauséabonde. Je pouvais entendre le bruit des roues des fiacres sur les pavés, la cacophonie de la rue, le bruissement des robes, etc. L’héroïne, comme nous, vient tout juste d’arriver en ville et on la découvre à travers son regard. J’ai beaucoup aimé la personnalité de Lizzie. Elle a du caractère pour une femme de son époque mais elle sait aussi se fondre dans le moule de la société quand il le faut et même en jouer pour parvenir à obtenir ce qu’elle souhaite.

J’ai trouvé quelques passages un peu plus longs mais l’auteur prend le temps de nous présenter le personnage de Lizzie Martin, l’héroïne de cette série, et de nous parler un peu de son passé. De plus, même s’il s’y passait peu de choses, ces pauses dans l’intrigue n’étaient pas non plus inintéressantes et m’ont permis de comprendre encore un peu mieux le contexte et les personnages.

Par contre, l’enquête piétine la majeure partie du livre et je dois dire que cela a fini par m’ennuyer un peu. On tourne en rond, personne ne veut dire quoi que ce soit et la plupart des conversations s’assimilent plus à du bavardage qu’à une réelle enquête. Je me suis même demandé à plusieurs reprises si l’on aurait la conclusion de cette affaire à la fin du roman. Je vous rassure, l’identité du coupable finit par nous être révélée mais j’ai trouvé cela bien trop expéditif et les dernières preuves surgissent de façon très superficielle.

Bref, j’ai trouvé ce roman très agréable pour son ambiance londonienne du XIXe siècle et la personnalité de son personnage principal. Par contre, n’y cherchez pas un grand roman policier.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *